Accueil > ANTENNE CLINIQUE > IRONIK !, le bulletin Uforca

Recherche

Par activités


Dernières publications


  • Université Populaire Jacques-Lacan

    IRONIK ! – Juin 2020

    Le bulletin Uforca numéro 41

    LE RIRE d’EOLE Mon réveil bien-aimé Au mois d’avril, une chercheuse du Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon a lancé une enquête sur le sommeil et le rêve en temps de confinement. Le but de cette étude était d’en savoir un peu plus sur l’impact de la pandémie et le confinement sur le sommeil et le rêve1. La courte interview ne relate pas la nature des données recensées. Le seul intérêt réside dans cette petite phrase : « On a eu énormément de réponses, 6.500 dont 3.900 complètes2 », qui comprend à (...)


  • Université Populaire Jacques-Lacan

    IRONIK ! – Mai 2020

    Le bulletin Uforca numéro 40

    LE RIRE d’EOLE Promesse à dire Il y eut le moment de la sidération et de la stupeur. L’espace et le temps en prirent un coup. Accélération et agitation pour, parfois, faire voler en éclats la torpeur, ou alors engourdissement de la pensée, bouche close et yeux fermés. Deux façons de se tenir à l’abri de l’irruption du réel. Car ce qui a fait événement frappe ou alors encercle, entoure, peut troubler les repères et forcer à s’accrocher mordicus à ceux qui restent. « Sidération ». Le mot provient du latin (...)


  • Université Populaire Jacques-Lacan

    IRONIK ! – Mars 2020

    Le bulletin Uforca numéro 39

    Corps à facettes

    À l’heure où un virus se propage par-delà des frontières, par quel abord attraper le corps, le mien, le tien, celui du voisin, celui du pays, voire du monde ? Le vivant est justement ce qui ne se ramasse pas dans une unité, dans une forme délimitée. En ce sens, ce virus qui fait un pied de nez aux frontières, est l’expression même du vivant.


  • Université Populaire Jacques-Lacan

    IRONIK ! – Février 2020

    Le bulletin Uforca numéro 38

    Déshabillage du genre

    « Devant le fou, devant le délirant, n’oublie pas que tu es, ou que tu fus, analysant, et que toi aussi, tu parlais de ce qui n’existe pas. »

    Il y a des siècles, Aristote s’attacha à définir les bases de l’ontologie et de la logique. Sa pensée systématique découpa les diverses façons selon lesquelles l’être pouvait se dire dans le langage. Les catégories listées comme telles, étaient autant de déterminations. Le genre en fait partie.


  • Université Populaire Jacques-Lacan

    IRONIK ! – novembre 2019

    Le bulletin Uforca numéro 37

    Du symptôme et de l’amour

    La psychanalyse est, depuis son origine, une histoire de symptôme et d’amour. Si Freud a pu contribuer à élever à la dignité du symptôme ce qui était à l’époque perçu comme des anomalies du système nerveux, c’est bien par la grâce de l’amour de transfert.


Autres publications