Accueil > Connexions > CPCT > « C’est-à-dire ? » - Un effort de bien dire au CPCT

Recherche

Par activités


Publié le mercredi 29 novembre 2023

Soirée clinique du CPCT-Paris

« C’est-à-dire ? » - Un effort de bien dire au CPCT

Mardi 19 décembre - 21h - Visioconférence

Le 19 décembre 2023, le CPCT-Paris organise une soirée clinique avec, comme invitée, Bruno de Halleux, psychanalyste, membre de l’ECF.


Quand un sujet consulte au CPCT, celui qui le reçoit l’invite à dire ce qui l’amène, et l’écoute. Le « c’est-à-dire ? » du praticien est à entendre comme une invitation, faite à celui qui parle, à préciser et à dire autrement, avec ses propres mots. Il ne s’agit pas de tout dire, pas nécessairement d’en dire davantage, mais d’extraire par la parole ce qui touche. L’effort de mieux dire l’insupportable qui conduit quelqu’un au CPCT passe par une manière de parler plus singulière et donc plus à même d’attraper quelque chose qui concerne de près celui qui parle.

Trouver une autre manière de dire ne va pas sans une touche d’invention et ouvre la possibilité que le sujet s’implique dans ce qu’il dit. Cet effort se déploie avec l’horizon de ce que Lacan appelle le bien-dire et qu’il qualifie comme relevant de l’éthique1. Sont convoqués ici le choix du sujet2 et la dimension d’acte de la parole, là où elle a des effets sur celui qui la prononce. Pas au sens où le sujet deviendrait ce qu’il décrète, mais où il peut s’entendre parler, voire en être surpris. Le bien-dire étant une « mise en résonance3 » du signifiant et de la jouissance, des effets s’ensuivent : un allégement, des petits bougés, une limitation de jouissance… autant d’indices d’un dire qui a compté.

L’éthique du bien-dire ne relève pas du pour tous, mais c’est un effort propre à chaque sujet qui parle de cerner de plus près ce à quoi il a affaire – pas pour en faire une démonstration, mais pour « se débrouiller du réel avec du signifiant« Le bien-dire n’est pas la démonstration. Le bien-dire est le contraire du mathème. Le bien-dire veut dire qu’un sujet arrive finalement à se débrouiller du réel avec du signifiant4 ». Lors de la prochaine soirée du CPCT, nous mettrons ces questions au travail, à partir d’une lecture précise de la clinique, afin d’en tirer un enseignement.

Paula Galhardo Cépil

Notes :
1 Lacan, J. « Télévision », Autres Écrits, Paris, Seuil 2001, p. 541.
2 « L’éthique touche à l’existence, c’est-à-dire à la dimension impensable où se décide la position subjective, le choix ». Miller, J.-A., « Pas de clinique sans éthique », Actes de l’ECF, n°5, p. 31 (version CD-ROM).
3 Miller, J.-A., « Les affects dans l’expérience analytique », La cause du désir, n°93, p. 110.
4 Miller, J.-A., « Théorie du partenaire », Quarto, n°77, p. 34 (version CD-ROM).


Le mardi 19 décembre à 21h en visioconférence.

Participation aux frais : 20 €.

Pour s’inscrire et recevoir un lien de connexion, envoyer un mail au CPCT-Paris

Pour avoir des informations sur le CPCT-Paris c’est ici.