Accueil > Connexions > Champ freudien > Qu’attendre d’un traitement court ? - La psychanalyse comme boussole

Recherche

Par activités


Publié le dimanche 8 mars 2020

3e Journée d’étude de la FIPA

Qu’attendre d’un traitement court ? - La psychanalyse comme boussole

Samedi 14 mars 2020 - 9h - 17h30 - Lyon















La Fédération des Institutions de Psychanalyse Appliquée propose sa troisième journée d’étude le samedi 14 mars de 9h à 17h30 à Lyon :

ANNULATION DE LA JOURNEE (risques liés au CORONAVIRUS)
La journée sera reportée à une date ultérieure

Pour information voici la lettre adressée par Laurent Dupont aux responsables des Institutions de la FIPA :

Le 7 mars 2020

Chers collègues,

Suite aux déclarations d’Edouard Philippe et du ministre de la santé hier soir, le conseil de l’ECF a pris la décision de reporter la journée de la FIPA.

Hier, et ce matin, de nouveaux foyers ont encore été annoncés, des restrictions dans les zones particulièrement touchées. Or, FIPA va faire venir des personnes de toute la France, notamment de régions particulièrement infectées par le virus Alsace, Ile-de-France, Morbihan, Rhône-Alpes... Ce n’est pas un événement purement Lyonnais et la lecture de l’épidémie ne peut pas être uniquement liée à la ville de Lyon.

C’est pourquoi la décision a été prise de reporter. Ce fut une décision très difficile.

Nous ne pouvons encore dire de quelle façon et quand ce report pourra se faire.

La clinique de la FIPA, en ces temps d’attaques contre la psychanalyse, offre une réponse qui permet de donner une orientation et une impulsion témoignant de la psychanalyse dans le champ social.

Dès le retour de temps meilleurs, nous ne manquerons pas de faire entendre notre voix.

Bien amicalement,

Laurent Dupont,
pour le conseil de l’ECF


Qu’attendre d’un traitement court ?

La psychanalyse comme boussole


Il y a exactement 100 ans, en 1919, Freud avait déjà conçu le projet de créer des centres psychanalytiques gratuits. Il proposait alors « d’adapter notre technique à ces conditions nouvelles » et prédisait : « Tout porte aussi à croire (…) que nous serons obligés de mêler à l’or pur de l’analyse une grande quantité du cuivre de la suggestion directe1. »

Dans les travaux et débats qui ont entouré la création des institutions de la FIPA2, la question de cette « adaptation » s’est posée. Pour les CPCT, la limitation de la durée à 16 séances a été retenue comme contrepartie de la gratuité. Cette limitation de la durée, Freud l’avait inventée avec l’Homme aux loups. Cela n’a pas été le choix de tous : pour d’autres institutions de la FIPA, le temps se joue plus entre continuité et discontinuité. Ce qui rassemble les institutions de la FIPA est cependant l’orientation donnée par J.-A. Miller : « Le traitement gratuit à durée limitée ne se justifie que s’il introduit à l’expérience psychanalytique (…)3 ». Pas question donc de céder sur le discours analytique qui est notre boussole, ni de verser dans la psychothérapie.

La pratique dans les CPCT et les institutions apparentées est ainsi conçue sur le mode d’une première approche de la psychanalyse, d’un premier cycle4. Mais quelles sont les spécificités d’un tel premier cycle, tant côté sujet que côté praticien ? Du côté de la technique se pose d’emblée la question du temps logique, tel que les scansions et les actes de l’analyste peuvent le produire (instaurer « une relation scandée » selon l’expression de J.-A. Miller5). Nous observons également des spécificités du transfert qui se fait le plus souvent sur l’institution, et pas spécifiquement sur le praticien dont le nom reste souvent oublié.

Pour savoir ce qu’on peut attendre d’un traitement, enseignons-nous de notre expérience qui s’étend à présent pour nombre d’entre nous au-delà de la décennie. Quels sont les effets produits par cette pratique particulière ? Les nombreux travaux de nos institutions (publiés ou pas) peuvent nous enseigner quant à leur nature. Obtenir une « rectification subjective6 » ne serait déjà pas si mal disait S. Cottet. Qu’un sujet puisse « (…) concevoir que la réponse à sa question ne lui serait pas délivrée automatiquement par un autre, mais qu’il avait en lui-même les moyens d’y répondre7 ». Nous parions sur la rencontre et sur l’effet de surprise : il est étonnant de constater combien les sujets s’approprient vite le dispositif qui leur est mis à disposition.

Pouvons-nous repérer des séries parmi les cas ? Par exemple celles qui seraient dans le registre de la « naissance de l’Autre », donc de la production d’un sujet, celles qui permettraient de céder, lâcher ou d’apaiser une jouissance coûteuse, ou d’éviter un passage à l’acte, un déclenchement. Les effets sur les corps ont souvent été relevés. Ailleurs il s’agit de restituer sa complexité à une situation, de traiter un énoncé traumatisant, ou de faire avec un Autre méchant…

Enseignons-nous donc de l’usage que les sujets rencontrés font de nous : « L’être de l’analyste, c’est cela : se faire un instrument, rien de plus. C’est quelque chose dont on se saisit pour s’analyser avec8 ». Mais aussi de ce que les praticiens disent de leur activité, de leur expérience, de leurs inventions…

Jérôme Lecaux, co-directeur de la journée FIPA


Note :
1 Freud S., « Les voies nouvelles de la thérapeutique », La technique psychanalytique, PUF, 1953, p.141. Traduction revue par J. Lecaux.
2 La Fédération des institutions de psychanalyse appliquée est composée de 16 CPCT et 17 institutions ou initiatives apparentées, proposant des traitements gratuits.
3 Miller J.-A., « Le salut par les déchets », Mental n°24, avril 2010, p.15.
4 Cf. Effets thérapeutiques rapides en psychanalyse. La conversation de Barcelone (sous dir. de J.-A. Miller), Collection du paon, Navarin 2005, p.71.
5 Ibid.
6 « S’en tenir à la rectification subjective, c’est-à-dire à l’implication du sujet dans le désordre dont il se plaint ne serait déjà pas si mal. » S. Cottet, « Raccourcir le temps pour comprendre ? », in L’inconscient éclair, Collection rue Huysmans, Paris.
7 Ibid.
8 Cf. Effets thérapeutiques rapides… , op. cit., p. 70.


Programme


9h - 9h15 OUVERTURE

- Jean-Louis Touraine - Député du Rhône
- Pierre Forestier - Président du CPCT Lyon
- Laurent Dupont - Président de l’ECF et de la FIPA

9h15 INTRODUCTION

- Jérôme Lecaux - Directeur du CPCT Lyon

9h30 - 10h30 APPRENDRE A PARLER

- Présidence : Eric Zuliani, Thierry Vigneron
- CPCT Lyon - Florent Martel
- CPCT Paris - Emmanuel Provost
- Cercle Clinique Entrevues Saint-Malo - Ariane Oger

10h30 - 11h30 RECTIFICATION SUBJECTIVE

- Présidence : Nicole Borie, Christophe Delcourt
- CPCT Parents Rennes - Cécile Péoc’h
- CPCT Clermont-Ferrand - Christel Astier
- Cercle Clinique BAPU rennes - Danièle Olive

11h30 - 12h30 NAISSANCE DE L’AUTRE

- Présidence : Caroline Leduc - Gil Caroz
- Case Marmaillons - Sylvie Simon - Godès
- CLAP Bordeaux - Morgane Léger
- CLAP Paris - Isabelle Magne

12h30 - 14h PAUSE
14h - 15h UN SIGNIFIANT QUI ARRIME

- Présidence : Hervé Castanet - Nadine Page
- CPCT Nantes - Christophe Balguerie
- CPCT Montpellier - Emmanuelle Arnaud
- CPCT Paris - Rodolphe Adam

15h - 16h UNE PONCTUATION HEUREUSE

- Présidence : Lilia Mahjoub - Philippe La Sagna
- ParADOxes - Daphné Leimann
- L’EPOC - Patrick Almeida
- CPCT Strasbourg - Valérie Bischoff

16h - 17h CONSTRUIRE UNE REPONSE

- Présidence : Angèle Terrier - Daniel Roy
- Souffrances au travail - René Fiori
- CPCT Rouen - Elodie Guignard
- Cercle Clinique Fougères - Danièle Wojnarowski

17h - 17h30 FIN DES TRAVAUX

- Jacqueline Dhéret - Fondatrice du CPCT Lyon
- Pierre Forestier - Président du CPCT Lyon
- Laurent Dupont - Président de l’ECF et de la FIPA



Samedi 14 mars de 9h à 17h30.

Amphithéâtre Charles Mérieux,
Ecole Normale Supérieure, site Monod,
Allée d’Italie, 69007 Lyon
Consulter le plan d’accès »

Inscription sur le site de l’Ecole de la Cause Freudienne : »

- Inscription individuelle : 50 euros ; 25 euros pour les étudiants (moins de 26 ans , sur présentation d’un justificatif
(paiement par carte bancaire ou bulletin d’inscription téléchargeable et paiement par chèque)

- Inscription au titre d’une formation :
-Inscription formation médicale continue - médecine libérale) : 50 euros
Bulletin d’inscription à télécharger

- Inscription prise en charge par votre employeur au titre de la formation permanente : 150 euros
Bulletin d’inscription à télécharger et dossier à adresser avant le 1er mars 2020 à
UFORCA pour UPJL
Secrétariat général
15 Place Charles Gruet
33000 Bordeaux.


Renseignements :
04 78 96 10 56
Envoyer un mail


Télécharger l’affiche :

JPEG


Qu’est-ce que la FIPA ?

La Fédération des Institutions de Psychanalyse Appliquée - FIPA - est née à Paris le 28 mars 2015, après trois années de work in progress à l’initiative du Directoire de l’Ecole de la Cause Freudienne (ECF) avec la participation de Jacques-Alain Miller. Elle regroupe les Centres psychanalytiques de Consultations et Traitement (CPCT) et les associations cliniques apparentées.

La FIPA est une association française à but non lucratif, selon la loi de 1901, dont le siège est à Paris (1, rue Huysmans) et qui a pour objet de coordonner des institutions cliniques orientées par l’enseignement de Lacan, en France et en Belgique francophone. Elle est administrée par le Directoire de l’ECF qui en est son bureau.

Revenir à l’Accueil du site ».
Accéder directement à l’Agenda ».