Accueil > ANTENNE CLINIQUE > Session 2020-21 > Séminaire théorique : Pratiques contemporaines de la parole

Recherche

Par activités


Publié le jeudi 13 août 2020

Antenne clinique – Session 2020-21

Séminaire théorique : Pratiques contemporaines de la parole

(Le vendredi de 10h45 à 12h15)

Face au malaise grandissant de notre civilisation, une multitude de pratiques fondées sur la parole sont proposées aux sujets en souffrance. Certaines de ces pratiques sont en partie construites – à leur insu le plus souvent – sur les savoirs apportés par l’expérience freudienne et la réinvention lacanienne. Cependant, aujourd’hui, le préfixe maître est neuro : le réel est devenu neuro-réel. Et pour l’homme-cerveau, les pouvoirs de la parole n’existent plus.

Or nous soutenons :
• que le langage implique une autre causalité que la causalité neuronale,
• que les corps parlants sont soumis aux pouvoirs de la parole,
• que le langage n’est pas seulement communication.

Pour désigner ce sujet vivant dans le langage, là où « ça rêve, ça rit, ça rate », Lacan crée le terme de parlêtre. Ce sujet, parlêtre est patient du langage et de la parole, alors que pour le management scientiste il est usager.

Les cliniciens, dont la pratique s’inscrit dans la dimension des pouvoirs de la parole, gagneront à connaître le concept de transfert qui n’est pas émoi affectif mais articulation du sujet-supposé-savoir, fondement de toutes les pratiques de parole et au-delà.

Les cliniciens des pratiques contemporaines de la parole portent un dialogue inédit avec le patient sur le réel comme impossible à supporter.

“A présent, nous commençons également à comprendre la “magie” du mot. Les mots sont bien les instruments les plus importants de l’influence qu’une personne cherche à exercer sur une autre ; les mots sont de bons moyens pour provoquer des modifications psychiques chez celui à qui ils s’adressent, et c’est pourquoi il n’y a désormais plus rien d’énigmatique dans l’affirmation selon laquelle la magie du mot peut écarter des phénomènes morbides, en particulier ceux qui ont eux-mêmes leur fondement dans des états psychiques.”
Sigmund Freud, “Traitement psychique” (1890), Résultats, idées, problèmes, tome I, Paris, PUF, 1984, p. 12.

« Il n’y a pas de science de l’homme, parce que l’homme de la science n’existe pas, mais seulement son sujet. »
Jacques Lacan, « La science et la vérité », Écrits, Seuil, Paris, 1966, p. 859.

Dans Les pouvoirs de la parole, René Daumal distingue trois types de sens qu’il appelle des pouvoirs - littéral, figuré, suggéré – « de telle sorte qu’il situe le sens comme l’effet du pouvoir du signifiant. »
Jacques-Alain Miller, La lettre mensuelle, n° 142, 1995.


Bibliographie :
Une bibliographie générale sera consultable dès le début de la session. Chaque enseignant sera susceptible de donner des éléments supplémentaires.
Certains ouvrages sont consultables à la bibliothèque commune de l’Antenne clinique de Rouen et de l’ACF-Normandie à la Maison de la psychanalyse – 48 rue de l’Abbé de l’Epée à Rouen.

Revenir à la Session 2020-21 » ou à l’Accueil du site ».
Accéder à l’Agenda ».