Accueil > Connexions > Lire, Ecouter, Voir > Actualité de la haine. Une perspective psychanalytique

Recherche

Par activités


Publié le lundi 8 juin 2020

A lire...

Actualité de la haine. Une perspective psychanalytique

Un livre d’Anaëlle Lebovits-Quenehen

« Tu peux lire... »


Un livre sort ce mardi dans toutes les librairies et nous convoque à sa lecture. Certes parce qu’il émane d’une collègue que nous connaissons tous, Anaëlle Lebovits-Quenehen, mais aussi parce qu’il vient nous heurter, nous cogner de la bonne façon à une actualité… celle de la haine.

Durant ce moment qualifié de guerre par le président de la république, l’affect de haine a ressurgi, et ses figures de violence, que ce soit envers les femmes, les enfants, ceux qui dénoncent, ceux qui flirtent avec la loi… toutes sortes de haines se sont déversées.

Anaëlle Lebovits-Quenehen nous permet de nous pencher sur cette question et d’apercevoir ce que la haine dévoile : c’est toujours la différence qui est visée par la haine. La haine fait surgir le rapport singulier à sa propre altérité. Dans cet ouvrage, on parcourt les enseignements de la haine, si on sait l’écouter sans entrer dans le schéma de la violence. L’auteure y parle du combat politique qui, même s’il a eu lieu en 2017, aura encore à nous tenir en éveil. Mais aussi des figures de prédilection de la haine : les juifs et les femmes.

Mais je n’en dis pas plus aujourd’hui. Ce livre est à lire !

Christine Maugin
Gérante EURL Huysmans

Présentation du livre


Ce livre suit un trajet de la haine à la joie, du rejet de l’Autre à un usage possible de l’intime Altérité qui habite chacun.

La haine est une passion vieille comme le monde. Pourtant les discours qui l’attisent aujourd’hui balaieraient bientôt la démocratie si nous n’y prenions garde. L’enjeu est là.

On se demandera peut-être pourquoi une psychanalyste se mêle de ces affaires-là, en apparence si loin de ses préoccupations légitimes. Eh bien, disons-le : D’abord, parce que le discours analytique, celui de Freud et Lacan spécialement, jette sur la haine une lumière encore neuve et bien plus efficiente que bien des discours qui prétendent la dissoudre en la dénonçant, et ne font trop souvent que la renforcer.
Ensuite parce que l’exercice de la psychanalyse requiert l’état de droit, où la parole circule librement.

Et encore parce que ceux qui s’élèvent aujourd’hui contre les discours de haine, de l’extrême-droite entre autres, ne sont pas si nombreux que les psychanalystes puissent s’abstenir de les contrer sans inconséquence.
Une perspective psychanalytique sur une question intime et politique : les discours de haine qui font retour dans notre actualité.

« En réalité, les groupes haïs sont généralement élus sur trois critères : ils sont à la fois proches de nous, vivent dans le même espace que le nôtre et ils affirment un mode de jouissance différent de celui qui domine. » p. 32.

« Ceux que les femmes stupéfient, dépassent, angoissent, tant leur rapport à cette Altérité qui les habite est parfois palpable et leur rappelle alors la leur, ceux donc qui se refusent à tomber sous leur charme, les maltraitent souvent, en commençant par les diffamer, par les dit-femmer note Lacan1 en jouant très à propos sur l’équivoque. Ce rapport que bon nombre d’hommes entretiennent aux femmes n’est pas sans incidence politique. » p. 121.

Note :
1 Lacan J., Le Séminaire, livre XX, Encore, Paris, Seuil, 1975 : « On la dit-femme, on la diffame », p. 79.

Sommaire


INTRODUCTION – Retour de flamme
Le retour de la bête immonde
Fragmentation
La haine dure et la molle
D’un savoir inconséquent
La post-vérité complice de la haine
La démocratie comme nécessité
Une lumière encore neuve

I – TOUS ÉGAUX, TOUS RIVAUX
Promotion de l’égalité par la science
Le crépuscule des figures d’autorité
De l’égalité à l’inconsistance
Égalitarisme et stagnation politique
L’appel à une figure féroce
Obsolescence et renaissance des traditions
Le capitalisme et le paradoxe de la chute des frontières
La pente réactionnaire et sa haine
Transformation
L’idéal progressiste en question

II – UN MÉCHANT TROU DE MÉMOIRE
Une mémoire abrasée
La concurrence des mémoires
De l’oubli au trou
Et retour dans le réel
Les circonstances de l’oubli
Effacement et promotion du nom
Ce qui passe quand règne l’oubli.


Anaëlle Lebovits-Quenehen est psychanalyste à Paris, membre de l’École de la Cause freudienne (ECF) et de l’Association mondiale de psychanalyse (AMP).


Ce livre est édité par les Éditions Navarin ; il est en vente en librairie à partir du mardi 9 juin mais il est possible de le commander sur ECF-Echoppe.

Revenir à l’Accueil du site » ou à la rubrique Lire, écouter, voir ».
Accéder directement à l’Agenda ».